A quelle terre appartient ce doux froid?
The Power Plant, New York (USA)

11.03 - 29.05.2011










 















































































Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse


Avec la transformation de l'espace de la galerie Power Plant en décor de grotte sombre, l'exposition To What Earth Does This Sweet Cold Belong? (A quelle terre appartient ce doux froid?) présente le monde naturel à travers les méditations de cinq jeunes artistes sur le paysage et sa médiation.


Les artistes présentent des topographies de l'imaginaire détachées de la réalité géographique et de l'expérience d' "être là" dans le présent. Au lieu de cela, ils filtrent leurs visions de la terre à travers des pratiques conceptuelles, des recherches d'archives, des références culturelles et des technologies de simulation. Après des années de débats critiques sur le thème du paysage - en particulier au Canada - ces artistes proposent des visions complexes et fantastiques du paysage, du ciel et de la mer au XXIème siècle.














































































Archives 2011

English










A quelle terre appartient ce doux froid? The Power Plant, New York

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Exposition du 11 mars au 29 mai 2011. The Power Plant, 231 Queens Quay West. Toronto - Canada M5J 2G8. Ouverture du mardi au dimanche de 12h à 18h, nocturne le mercredi jusqu'à 20h.





Le sculptural Iceberg d'Annie MacDonnell et ses collages photographiques noir-et-blanc tirés de l'ouvrage photographique patriotique "To Everything There is as Season" de Roloff Beny, 1967 montrent la vision ouvertement mystique du paysage canadien. Jennifer Rose Sciarrino produit des sculptures délicates qui simulent des éléments de l'environnement naturel, évoquant l'étrangeté avec des montagnes réalisées en papier et cristaux géologiques artificiels coulés dans la résine. Erin Shirreff a commencé sa vidéo Roden Crater en 2009 en imprimant une photographie trouvée sur le web du monument inachevé de land art de James Turrell. Elle a ensuite rephotographié l'image sous différents types d'éclairage, reproduisant artificiellement les variations du ciel au-dessus du cratère. Les pièces d'Andrea Carlson présentent des paysages marins et des images provenant de sources multiples (comme les objets de musée) enfermés dans un iris ornemental. Ces oeuvres sur papier montrent les canaux aquatiques comme des conduits culturels de l'échange, de l'interaction et du conflit. Enfin, la vidéo de Kevin Schmidt, Disappearing Act (2009) met en scène une étrange illusion optique dans une forêt. Schmidt débusque un paysage majestueux et le reproduit en peinture sur un arbre voisin, transformant ainsi son tronc en une sorte de viseur - du moins à première vue.

L'exposition s'accompagne d'une publication avec une préface du commissaire d'exposition Jon Davies et des biographies des artistes.



Jennifer Rose Sciarrino, Proposal for a Mountain, 2007.

Jennifer Rose Sciarrino, Proposal for a Mountain, 2007. Hand-cut paper and archival glue. Courtesy the artist.


Erin Shirreff, Roden Crater, 2009.

Erin Shirreff, Roden Crater, 2009. Single-channel HD video (still). Courtesy the artist and Lisa Cooley Fine Art, New York.



Kevin Schmidt, Disappearing Act, 2009.

Kevin Schmidt, Disappearing Act, 2009. Single-channel HD video, colour, sound, 10 min. Courtesy the artist and Catriona Jeffries Gallery, Vancouver.