Animisme
Generali Foundation, Vienne (Autriche)

16.09.2011 - 29.01.2012


































































Précédent Suivant

English
Deutsch






Traduction du communiqué de presse E-Flux


L’exposition Animisme - Modernité à travers le miroir suit l’actuel large débat sur la réévaluation de la modernité, en étudiant le concept ethnologique de l’animisme tel que formulé dans le contexte du colonialisme ou de la psychanalyse. A Vienne, la ville de Sigmund Freud, l’un des focus de l’exposition se situe dans les approches esthétiques qui prennent comme sujet la distinction entre « l’intérieur » psychologique du monde et le monde matériel « extérieur » dans un examen critique.


Le point de fuite de la ‘’vieille’’ modernité de l’animisme

A la fin du 19ème siècle, l’animisme est défini comme un ensemble de croyances superstitieuses, une projection et un détachement de la réalité où ‘’l’esprit primitif’’ envahit le monde avec des âmes et des esprits, liant des objets et la nature avec la vie, la civilisation et la subjectivité. A l’apogée du colonialisme européen, l’animisme est devenu le symbole de l’opposition à la civilisation contemporaine. Être moderne signifiait alors supprimmer l’animisme et analyser le monde en conformité avec les principes de Descartes : âme et corps, esprit et matière.


Le ‘’nouvel’’ animisme : une réactivation
Dans le contexte d’une critique des dualismes et des catégories statiques de la modernité, des anthropologistes ont récemment commencé à réévaluer l’animisme. En contournant les notions occidentales des définitions de la vie, âme, égocentrisme, nature, forces surnaturelles, ou croyance, peut-on voir l’animisme comme une pratique s’articulant autour de diverses expériences de relations entre sujet et objet ? A la lumière des développements actuels concernant l’écologie, la technologie et la biopolitique, trouver de nouvelles voies pour reconsidérer les frontières entre nature et culture, humain et non-humain (nature, technologie), entre psychisme et monde extérieur, vie et non-vie représente un défi politique urgent.


Lignes de démarcation, seuils et transitions

L’exposition négocie ces frontières dans un parcours esthétique où le musée, comme un appareil d’objectivation et de momification, relève aussi de la critique.


Les nombreuses oeuvres de l’exposition utilisent des stratégies et des médias variés pour tracer des lignes de démarcation, des seuils et des transitions dans les définitions canoniques, les déplaçant, les amplifiant ou les déformant. Animisme - Modernité à travers le miroir propose une révision et une décolonisation, non seulement de notre manière de penser traditionnelle, mais également de l’imaginaire contemporain qu’elle articule.




























































Archives 2011

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Animisme, Generali Foundation, Vienne

Exposition du 17 septembre au 13 novembre 2011. Yapi Kredi Cultural Centre, Istiklal Street, 161 - Beyoglu, Istanbul (Turquie). Tél.: +90 212 252 4700. Ouverture du lundi au vendredi de 10h à 19h, le samedi de 10h à 18h.


























































Les artistes : Agency, Marcel Broodthaers, Adam Curtis, Didier Demorcy, Walt Disney, Jimmie Durham, Eric Duvivier/Henri Michaux, Thomas Alva Edison, León Ferrari, Walon Green, Victor Grippo, Candida Höfer, Luis Jacob, Ken Jacobs, Joachim Koester, Yayoi Kusama, Maxim Komar-Myshkin/Roee Rosen, Len Lye, Chris Marker/Alain Resnais, Daria Martin, Angela Melitopoulos/Maurizio Lazzarato, Ana Mendieta, Vincent Monnikendam, Jean Painlevé, Hans Richter, Natascha Sadr Haghighian, Maria Eichhorn, Richard Hamilton, Ann Veronica Janssens, Willem Oorebeek, Karthik Pandian and Mathias Poledna, Joëlle Tuerlinckx, Heimo Zobernig.

Commissaires d’exposition : Anselm Franke et Sabine Folie