Dump Time - Pour une pratique de l'horizontalité
Shedhalle, Zürich (Suisse)

05.03 - 15.05.2011

























































































Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse


Le projet d'exposition Dump Time - Pour une pratique de l'horizontalité explore les aspects philosophiques, critiques et politiques de "l'acte" de dormir au-delà de son contexte biologique.


Nous sommes devenus une société sans sommeil, on peut parler de la société du 24h sur 24. Ainsi, le sommeil représente l'autre face, le côté obscur de la journée active et de ses obligations rationnelles, économiques et professionnelles. Le sommeil et le rêve ont des aspects étranges jouant avec la perte: celle du contrôle, de la subjectivité: il s'agit de dévotion ou de devenir autre. En ce sens, le repos s'associe à l'expérience des passages : la mort, l'hallucination, l'élévation. Dans ces dimensions archaïques et mythiques, le sommeil représente quelque chose de totalement décalé du contexte contemporain, toujours vécu comme un temps éveillé d'alerte. La dimension horizontale rejette nos projections du sujet vu comme vertical, l'homme considéré comme un roc. Mais elle contredit aussi les idées d'une action politique et activiste de l'agence: "Comment des "dormeurs" peuvent-ils changer le monde ?















































































Archives 2011

English
Deutsch










Dump Time - Pour une pratique de l'horizontalité, Shedhalle, Zürich

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Exposition du 5 mars au 815 mai 2011. Shedhalle Zürich, Seestrasse 395 - 8038 Zürich (Suisse). Tel.: +41 44 4815950. Ouverture du mercredi au dimanche de 13h à 18h.






Stefan Panhans, If A Store Clerk Gave Me Too Much Change, 2009.

Video. Shedhalle Zurich.


Stefan Panhans, If A Store Clerk Gave Me Too Much Change, 2009.

Ce projet tend à faire émerger les dimensions improductives, insensées et folles de l'état de sommeil et leurs effets dans la vie active. L'ego du sommeil ne peut être contrôlé. Il contient des éléments récalcitrants, critiques, une manière passive de résistance qui se distingue à travers l'échec, la désobéissance, la privation ou la révolution.


Ces dimensions critiques, politiques et même révolutionnaires du sommeil et du rêve ont été la clé du surréalisme. Walter Benjamin a reconnu et décrit avec précision cet aspect profondément critique des pratiques surréalistes et de leurs idéologies politiques.


Ce projet d'exposition se réfère à ces idées critiques et tente de les adapter à notre contexte actuel de la société 24h/24 libérale. La question consiste à savoir si l'idée de sommeil, par opposition à la fiction dominante du toujours travailler, constitue un facteur important. Et, si c'est le cas, comment une nouvelle esthétique ou pratique artistique du sommeil peut-elle émerger? Comment y intégrer des pratiques comme l'hallucination, la transe, l'extase, l'élévation, qui constituent souvent des idées d'évasion?