Explorer de nouveaux territoires, JanKossen Contemporary, Bâle

Explorer de nouveaux territoires
JanKossen Contemporary, Bâle (Suisse)
11.12.2011 - 18.02.2012







































Précédent Suivant

English
Deutsch


Traduction du communiqué de presse


JanKossen Contemporary débute l’année 2012 avec une exposition présentant des oeuvres récentes de l’artiste chinoise Yang Yong Liang et de l’artiste coréenne Kim Bo Min. Toutes deux ont été formées selon les techniques traditionnelles caractéristiques de leurs pays respectifs, mais utilisent un médium différent avec des pratiques à la fois contrastées et complémentaires.


Le travail photographique de Yang Yong Liang se détache de l’art classique chinois et sa superposition de paysages anciens et de signes du monde contemporain est devenue sa signature artistique. Son travail revisite la calligraphie et la peinture à l’encre traditionnelle en faisant appel à la photographie numérique et à la technologie informatique. Ses images marient la Chine ancienne et celle du futur.

Sa nouvelle oeuvre, The Peach Colony, s’inspire de la légende antique de Wuling le pêcheur, qui découvrit une vallée habitée par des gens qui avaient échappé à la tyrannie de la dynastie Tsin Shihe Huang. Sa démarche photographique intègre une multitude de petits visuels montrant des gratte-ciel, des usines et des ponts, éléments n’appartenant pas au paysage chinois mythique. Yang Yong Liang transporte le visiteur dans un monde de rêve fascinant.











































Exposition du 11 décembre 2011 au 18 février 2012. JanKossen Contemporary, Wildensteinerstr. 10 - 4052 Bâle (Suisse). Ouverture le vendredi de 18h30 à 20h, samedi et dimanche de 16h à 18h et sur rendez-vous.






































Archives 2011

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Les oeuvres romantiques et nostalgiques, mais réalistes, de l’artiste coréenne Kim Bo Min combinent également le paysage contemporain et l’ancien qu’on ne peut plus voir désormais. Elle insère dans ses paysages des éléments de la vie urbaine contemporaine. Avec une vue plongeante sur de vastes paysages, ses tableaux présentent l’évidence de la vie dans le monde contemporain avec les symboles d’une société irréelle.
Les paysages contemporains artificiels de Kim Bo Min sont organisés avec des formes droites et nettes qui leur donnent une impression mécanique. Ils sont construits avec des bandes noires fixées sur le support de toile. Par contre, les images traditionnelles de montagnes et de paysages de fleuves ou de flore sont peints à l’encre et délicatement colorés avec des pigments minéraux. Ces peintures montrent une sorte de paradis - un paysage totalement inaccessible.