Histoires d’A, oeuvres de la Collection Jumex
CACLB (Belgique)

02.07 - 16.10.2011










































































Précédent Suivant

English








Traduction du communiqué de presse



«
Quand les croyances anciennes ont perdu leur pouvoir sur l'imagination et que leur emprise était toujours là, plutôt que la raison ... » John Dewey, L'art comme expérience (1934)

Comme dans la chanson « Les histoires d'amour » du duo français Les Rita Mitsouko, les histoires d'animaux, en règle générale, tournent mal. L'histoire s’est répétée en détail depuis le début des temps: prédateurs et victimes, sans fin, sans trêve ni répit.

Histoires d'A ne cherche pas à répondre à la question - si souvent posée, mais jamais résolue – de ce qui distingue l'homme de l’animal. Les animaux sont considérés comme dépourvus d'une conscience et de capacité de raisonner, comme vivant uniquement dans le présent, affligés d'une sorte de totale, génétique et psychologique incapacité à se projeter dans n'importe quel futur, proche ou lointain, et comme ignorant la mort qui les attend, etc.

En écoutant les nouvelles du monde, on peut douter de la capacité de l'homme à la raison. Ou, pour le dire autrement, les raisons qu’il évoque peuvent souvent sembler assez déraisonnables. Quant à la conscience, avouons-le: à chacun la sienne.

L'homme est un loup pour l'homme, dit une chanson.
Qui a tué Bambi?, demande une autre.

Dans des états de tracas et de tourments intérieurs, les littérateurs, poètes et autres conteurs, à certaines périodes et sous certains régimes, ont eu recours à des métaphores animales pour raconter les aléas de leurs semblables. Jean de La Fontaine et ses fables sont peut-être l'un des exemples les plus explicites. Plus récemment, dans son roman Wagahai wa neko de aru (Je suis un chat), publié en feuilleton dans la revue littéraire Hotogisu en 1905-1906, Natsume Soseki raconte l'étrangeté de la vie humaine perçue à travers les yeux d'un chat. Et bien sûr le catalogue Disney est tout simplement grouillant de bestioles anthropomorphes.

Histoires d'A: dix histoires façonné par onze artistes, dix histoires dans lesquelles les animaux, à la fois innocents et cruels, les masques qu'ils nous attribuent et certaines attitudes communes dictées par la nécessité de produire certaines révélations.
C’est dans la bibliothèque du Club Alpine de Londres que Marine Hugonnier a découvert l’ouvrage de Claudia Bell et John Lyall, Le Sublime accéléré: paysage, tourisme et identité (2002), un livre exhortant à la fermeture des sites touristiques mondiaux les plus significatifs. Cette découverte a été le point de départ de son film The Last Tour (Le dernier voyage), dont l’idée développe que la région autour du Mont Cervin (en français), Monte Cervino (en italien) et le Cervin (en suisse allemand) - le parc national du Cervin, en d’autres termes - devienne une zone interdite.

Dans l'espoir que ces histoires d’A ne vont pas dissiper leur énergie inutilement dans quelque fixation symbolique ou totémique, les dix récits réunis en accord réciproque et, si dieu le veut, fera en sorte que dans l’esprit baudelairien, «parfums, sons et couleurs correspondent ».


Artistes présentés : Marcos Castro - Peter Fischli & David Weiss - Michel François - Rodney Graham - Carlos Huffmann - Marine Hugonnier - Mike Kelley - Abigail Lane - Ugo Rondinone - Emilio Valdés

Commissaire d’exposition : Michel Blancsubé


































































Archives 2011

Histoires d’A, oeuvres de la Collection Jumex, CACLB

Exposition du 9 juillet au 26 septembre 2011. Museo Amparo, 2 Sur 708, Centro Historico, Puebla, Pue - Mexico (Mexique). Tél.:01 (222) 229 38 50.






























































© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Michel François, Pas tomber (gratification immédiate), 1995. Champ de boue et vidéo (environ 6 mn)

Michel François, Pas tomber (gratification immédiate), 1995. Champ de boue et vidéo (environ 6 mn)