Imagine - Vers une éco-esthétique
The Aarhus Art Building, Aarhus (Danemark)

08.10.2011 - 08.01.2012


























































Précédent Suivant

English



Traduction du communiqué de presse


Cette année, Aarhus Art Building présente une série d’expositions et d’événements en relation avec le thème Imagine - Vers une éco-esthétique, au plus près d’alliances entre art, micro-stratégies pour améliorer le monde, et exemples d’activisme visant au développement durable.


Jane Jin Kaisen, Traductions dissidentes

L’artiste danoise-coréenne Jane Jin Kaisen étudie l’île volcanique coréenne Jeju - un microcosme des batailles idéologiques qui ont divisé la Corée, ainsi qu’un lieu sédimenté des différentes identités géopolitiques et culturelles contemporaines de l’est de l’Asie. Jane Jin Kaisen effectue une « traduction » subjective des faits historiques tragiques liés à l’occupation américaine de la Corée du Sud, dont les conséquences ont été lourdes, non seulement pour l’environnement, mais également pour la population du pays et son écosystème unique entre économie, politique et mode de vie. Traductions dissidentes constitue une interprétation complexe de l’héritage de l’artiste, son passé refoulé, l’escalade militaire actuelle et les suites pouvant en découler.






















































Archives 2011

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Imagine - Vers une éco-esthétique, The Aarhus Art Building, Aarhus

Exposition du 8 octobre 2011 au 8 janvier 2012. Aarhus Art Building - Centre for Contemporary Art, J.M. Moerks Gade 13 - 8000 Aarhus c (Danemark). Ouverture du mardi au vendredi de 10 h à 17h, nocturne le mercredi jusqu’à 22h, samedi et dimanche de 12h à 17h. Fermé le lundi.





















































Jane Jin Kaisen, Reiterations of Dissent, 2011

Jane Jin Kaisen, Reiterations of Dissent, 2011


Ato Malinda, Identités incommensurables

Le travail de l’artiste kenyan Ato Malinda se concentre ici sur l’identité africaine en rapport avec le thème proposé par le centre d’art. Avec des histoires mythiques, des récits de performances féminines politiques et sociales, l’exposition fait rêver d’une renaissance africaine. Alliant décoration ‘Art Nouveau’ et recherche archéologique, Ato Malinda trace un chemin dans le coeur douloureux du Kenya et de l’Afrique - avec la conviction que la reconnaissance des multiples facettes de l’histoire peut contribuer à une transformation, une guérison et revitalisation.




A droite : Ato malinda, Prison Sex II, 2008-2009. Courtesy the artist








Ci-dessous : Ato Malinda, On fait ensemble, 2010. Screenshot


Ato Malinda, On fait ensemble, 2010. Screenshot. Courtesy the artist Ato malinda, Prison Sex II, 2008-2009. Courtesy the artist