Lucy + Jorge Orta, Amazonia
Motive Gallery, Amsterdam (Pays-Bas)

12.03 - 29.04.2011























































































Précédent Suivant

Traduction du communiqué de presse


Pour élaborer leur nouvelle oeuvre, Amazonia, Lucy + Jorge Orta se sont pleinement inspirés de leur expédition en Amazonie Péruvienne durant l'été 2009, qui s'est avérée une expérience ardue mais envoûtante. Les sculptures et peintures présentées à la Motive Gallery sont une nouvelle version de l'exposition Amazonia, commande du Natural History Muesum de Londres dans le cadre de l'Année Internationale de la Biodiversité 2010.


A travers leurs enregistrements photo et vidéo, Lucy + Jorge Orta témoignent de l'Amazonie comme une belle oasis de la diversité, en état de crise. Ce territoire est devenu un point de départ conceptuel et émotionnel pour revoir notre approche du monde autour de nous, sa beauté et sa mise en danger. L'Amazonie est devenue un symbole à travers lequel les artistes tentent de faire revivre notre émerveillement profond envers la nature et nous convier à transmettre sa valeur pour notre vie quotidienne et notre survie.


Pendant leur expédition en Amazonie Péruvienne, les artistes ont voyagé avec des scientifiques de l'Institut sur les changements environnementaux (ECI) de l'Université d'Oxford et des scientifiques péruviens. Leur voyage les a conduit à la Réserve de biosphère de Manu, où Lucy et Jorge ont commencé leur série de photographies Perpetuel Amazonia (one-metre-square S12 48 21.6 W71 24 17.6). En collaboration avec les scientifiques, ils ont défini un espace d'un hectare de forêt tropicale aux coordonnées duquel se réfère le titre de la série. A partir de cette expérience, la série a enregistré des images de plantes du monde entier en provenance de divers écosystèmes.


La vie sur terre est en constante évolution. Elle existe depuis 3 ou 5 billions d'années, quand les premiers organismes vivants sont censés être apparus. Il y a eu depuis cinq grandes extinctions massives, dues aux modifications de la planète. Ces extinctions constituent une partie naturelle de la vie, mais leur rythme actuel dépasse d'environ 100 à 1.000 fois ce qu'elle devrait être. Cette disparition, concernant les plantes, les insectes, les amphibiens, les oiseaux, la vie marine et d'autres organismes vivants est désormais la sixième grande extinction, et a une caractéristique particulière : elle est causée par l'humanité.


Les sculptures en aluminium plus grandes que le réel intitulées Bone Variation sont modelées sur des os fossilisés de dinosaures de la collection paléonthologique du Museum. Malgré leur finition irisée, haute en couleur, elles demeurent un symbole de la mort, celle des nombreuses formes de vie supprimées dans l'évolution de la planète, transmettant la prégnance du contemporain et des temps passés.













































































Archives 2011

English










Lucy + Jorge Orta, Amazonia, Motive Gallery, Amsterdam

© ArtCatalyse International / Marika Prévosto 2012. Tous droits réservés

Exposition du 18 mars au 16 avril 2011. Galerie Flux, 60 rue du Paradis - 4000 Liège (Belgique). Tél.: +32 (0)4 25 32 465. Ouverture du jeudi au samedi de 16h à 19h et sur rendez-vous.




L'oeuvre Collection Aepyornis, Gallimimus, Allosaurus, Palaeomastodon est constituée de fragiles fragments de vie sur des pièces de porcelaine. Ce sont des moulages de spécimens de la collection du Museum d'histoire naturelle : l'oeuf de l'oiseau-éléphant Aepyornis, les os de membres de dinosaures Galliminus et Allosaurus et de l'ancêtre de l'éléphant Palaeomastodon. Les os sont des memento mori, des rappels de la mort. Mais l'oeuf est symbole de naissance, le début de la vie. Les fleurs, papillons et insectes qui peuplent ces oeuvres vont dans le sens de la vie, de la beauté et de la richesse de notre planète. Ils expriment une mélancolie sous-jacente de fin des temps et le souffle chaud de l'extinction. Nous considérant comme occupant un moment dans le temps, et à travers la réflexion d'un miroir, mettant en cause notre arrogance et domination de la nature, et l'urgence de travailler avec elle plutôt que contre elle.


Les dessins Amazonia Expedition Sketchbook reflètent les premières impressions et commentaires des artistes lors de ce voyage. Cette oeuvre conceptualise l'expérience de l'expédition amazonienne et la compréhension par les artistes des liens qui nous lient à notre environnement naturel. Nous faisons partie de la nature et l'iconographie de ces dessins illustre de manière ludique notre dépendance mutuelle.


Mais de fait, nous sommes plus dépendants de la nature qu'elle de nous - notre présence amène son recul - et celui de l'humain avec, sauf si nous choisissons de changer et de trouver des solutions à ces problèmes locaux et mondiaux en nous positionnant à l'intérieur de la nature, pas en dehors d'elle.